RSS

« Ils sont fous ces chinois ! »

06 Fév

Suite aux conseils d’une « Maman 2.0 » avec qui j’ai discuté au sujet de ce blog, je vais publier des articles moins prise de tête et un plus fun !

La Vérité si je mens 3 m’a rappelé une discussion insolite que j’ai eu récemment avec un ami, responsable des achats pour un groupe de grande distribution.

Je voulais sortir un peu du carcanas universitaire en matière de commerce international, et avoir ainsi un aperçu terrain. Ayant souvent des relations commerciales avec des  partenaires chinois, je voulais qu’il me parle de détails à faire/ne pas faire, dire/ne pas dire face à des clients.

Bilan de la conversation : 2 points à retenir

     1)      Ne jamais dire non

     2)      Savoir picoler !


Vous ne me prenez peut-être pas au sérieux ? Revenons sur la discussion que nous avons eue.
  –  Parle-moi un peu des relations que tu as eues avec tes partenaires chinois.

  –  Je pourrais t’en écrire des pages sur l’art de négocier avec des partenaires chinois ! Pour résumer, je vais te donner 2/3 points   clés, tel que le fait de pas attendre d’un client qu’il te dise « non ».

  –  Jamais ?

  –  Jamais ! Ce serait mettre un terme à votre relation.  Le « non » n’a pas le même poids dans leur culture et dans la nôtre.

  –  Qu’est-ce qu’ils te disent alors ?

  –  Oui ! Toujours « oui »  ! Je te donne un exemple : lorsque tu demandes à un client de remplir une obligation, celui-ci te dira « oui , oui ». Est-ce qu’il le fera vraiment ? c’est une autre question… ! Tout l’art de négocier repose dans la rigueur que tu vas accorder au suivi de cette obligation.

  –  Ok. Et tu n’a pas vécu des petites situations cocasses dont tu pourrais me parler ?

  –  Quand tu signes pour la fourniture d’un lot de 10 000 pièces électroniques, et que tes fournisseurs t’affirment qu’ils livreront la quantité convenue, tu es satisfait. Quand tu apprends que leur stock de matières premières n’est pas suffisant pour produire le nombre de pièces que tu as demandé, tu n’es pas satisfait. Quand tu te rends compte que les 10 000 pièces ont été livrées en temps et en heure, là, tu commences à te poser des questions.

  –  Qu’est-ce qu’ils ont fait ? ils ont utilisé d’autres matières premières ?

  –  Oui ! et de qualité inférieure. Tu imagines les conséquences ?

  –  Oui, mais au moins ils savent s’adapter.

  –  Je ne te le fait pas dire ! Je vais te raconter une anecdote qui va te faire rire. Il m’est arrivé d’aller en Chine pour signer un contrat juteux. Pour fêter cela, je suis allé au restaurant avec l’ensemble du Comité de Direction de la boite signataire. Je me sus retrouvé à la table de 4 personnes. Arrive l’heure de trinquer à coup de saké. Je trinque, je bois mon verre. Autour de moi, les cinq tables se tournent vers moi pour trinquer à leur tour. J’ai du trinquer avec chacune d’elle, et évidemment j’ai été le seul à boire autant !

  –  Ils ont réussi à te saouler ?

  –  Presque ! J’ai appris plus tard qu’il m’avait fait boire pour me tester. Pour voire si j’étais quelqu’un de fiable ou pas… Tu peux refuser de boire un coup avec tes clients, et si tu acceptes, il faut savoir tenir l’alcool !

  –  Tu veux dire que j’aurai un « retour sur investissement » de tout l’alcool acheté depuis que je suis à l’école [de commerce] ?  Cool…

  –  Euh… dit comme ça…  Oublie ce que je viens de dire !

  –  …

  –  Ils m’ont proposé de me faire faire des gâteries avec une prostituée aussi !

  –  Et… ?

  –  C’est chose commune dans les relations de travail que nous avons avec nos clients chinois, mais gare aux retours que tu pourrais avoir…

La question ? avez-vous vécu des situations similaires à celle décrite dans cette discussion. Si c’est le cas, faites nous rêver… !

Publicités
 
12 Commentaires

Publié par le 6 février 2012 dans Professionnel

 

Étiquettes : ,

12 réponses à “« Ils sont fous ces chinois ! »

  1. usopp

    6 février 2012 at 10:19

    Bien sympa cet article même s’il y a des oublis (orthographes..) : « vécudes » , un peu plus fun* (paragraphe 1), répétition pragraphe 3 : de des*.
    Désolé de faire remarqué ces erreurs, c’est bête mais ça fait tâche..
    En attendant ton prochain article avec impatience! 😉

     
    • Alexandre L.

      6 février 2012 at 10:29

      J’apprécie tes remarques. J’avais déjà modifié les erreurs avant de recevoir ton com’ !

       
    • Alexandre L.

      6 février 2012 at 10:35

      Et tu n’es pas censé bosser ?! Au boulot !

       
  2. Arnaud M.

    7 février 2012 at 11:32

    Je me sens étrangement assez proche des Chinois tout à coup .. En tout cas bel article, j’ai toujours su que notre mention RH allait finir par servir à quelque chose !

    P.S. pour les non initiés les initiales RH font référence au Red House, notre QG pendant les quelques années que nous avons passé ensemble.

     
    • Alexandre L.

      7 février 2012 at 2:54

      Faut croire que tu a des gênes chinois…

      Dernière nouvelle : création d’un nouveau master. Le master RH 2.0 (ou comment apprendre à vendre version « apéro »)

       
  3. Arnaud M.

    7 février 2012 at 3:09

    Je ne suis pas pour l’utilisation à outrance des 2.0 car cela ne veut pas dire grand chose. Les sciences de l’entreprise ne sont pas des sciences durs et donc par conséquent elles sont en constantes évolutions. On en est déjà peut-être à la version 5.3.2 des RH si l’on part de la naissance de l’industrie .. Non ?

     
    • Alexandre L.

      7 février 2012 at 4:10

      Ce sera tout ?!

       
    • Arnaud M.

      7 février 2012 at 4:14

      Non je vais prendre un café viennois en plus s’il vous plait !

       
    • Alexandre L.

      8 février 2012 at 2:42

      On a plus de chantilly en stock ! Je suis navré mais je vais vous demander de sortir de notre établissement

       
  4. A. bis M

    9 février 2012 at 10:34

    je suis désolé de vous interrompre dans votre blague aussi drôle que courte =P mais je voulais juste savoir si vous comptiez faire des articles encore plus « détentes »? (et je ne m’adresse pas qu’à toi Alexandre) du genre: qu’est ce que vous pensez de l’impact des jeux vidéo, mangas.. dans notre société.. et sur vous..
    parce que vous avez grandi avec et ça fait aussi partis de vous (tous vos loisirs..)

     
    • Alexandre L.

      9 février 2012 at 4:24

      Bien dit !
      L’influence et l’impact qu’ont eu les jeux vidéos dans notre croissance (vrai !) est indéniable. Une thème pour un futur article ? pourquoi pas !

      Pour ce qui est des « mangas » (sujet sensible chez moi, puisque je ne les aime pas sauf UN) je lancerai le débat prochainement.

      D’ici là, il faudra se contenter de blagues aussi drôles que courtes et d’articles on ne peut plus « détentes » !

       
  5. A. bis M

    9 février 2012 at 5:07

    Bien chef! 🙂

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s